L’accord de dialogue social : c’est la nouvelle pierre angulaire, issue des ordonnances Macron, entre les instances représentatives du personnel (IRP) et les directions d’entreprise.
Secafi.com

Il régit, avec des dispositions « sur mesure », à peu près tous les sujets touchant au fonctionnement des instances. « C’est un point capital, car cet accord est en capacité d’encadrer complètement le fonctionnement des futurs CSE, insiste Florence Krivine, consultante chez Secafi. Il y a une incitation à passer par ce dispositif et ce n’est qu’à défaut de signature que les mesures supplétives s’appliqueront. Il est donc très important pour les représentants du personnel de s’emparer de ce sujet le plus en amont possible et de se faire accompagner au mieux pour n’oublier aucun enjeu. » Ce sont les organisations syndicales qui sont amenées à négocier ou bien, à défaut de délégué syndical dans l’entreprise, le CSE.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez-ici